29 Octobre
Visuel

Qui vole un oeuf...

Qui dope ses performances sur Twitter en gonflant artificiellement le nombre de ses followers ? Velobs a utilisé un outil fiable pour relever des anomalies flagrantes. On est parfois surpris. 

 

C’est la lecture d’un article sur les dérives de la classe politique avec Twitter qui nous a donné l’idée de contrôler les « empreintes digitales » de certains acteurs du cyclisme pro. N’aurait-on pas aussi dans notre sport la tentation de doper les performances sur Twitter en gonflant artificiellement le nombre de followers par l’acquisition de comptes bidons (fake) ou inactifs ? On l’aura admis, dès le départ : c’est un péché assez puéril, mais ça tombe bien, on est joueurs !

 

Autant vous le dire tout de suite, il n’était pas question d’y passer des heures. Mais comme, à notre grande satisfaction, il existe un outil fiable (et gratuit) pour mesurer les pseudo-followers, notre mérite n’est pas grand et nous ne doutons pas que d’autres petits curieux y passeront le reste de la journée.

 

On nous le reprochera surement, nous n’avons pas jugé nécessaire de passer à la moulinette les comptes twitter des coureurs. Naïvement – peut-être – on s’est dit qu’ils avaient quand même d’autres préoccupations dans leur vie sociale. Allez ! Pour la forme on a quand même jeté un œil sur les comptes de nos camarades @JeremyRoy et @SamuelDumoulin1, car leur penchant pour les paradis virtuels nous inquiètent parfois … Au moins sur ce point, nous sommes maintenant rassurés !

 

Les équipes (PRESQUE) TOUTES EXEMPLAIRES

 

Nous avons été beaucoup plus curieux vis à vis des équipes pros, dont la stratégie digitale est de plus en plus voyante et valorisée. C’est dans l’air du temps. Mais en remarquant des followers qui se chiffrent par centaines de milliers chez @TeamSky, @OPQScyclingteam, @Ride_Argyle (Garmin-Sharp) et quelques autres, il n’en aurait pas fallu beaucoup plus pour nous rendre soupçonneux. Et bien nada ! Ils sont totalement clean. Ça nous titillait, alors en mesure de rétorsion on a brusquement décidé de scanner toutes les équipes World Tour et Continental Pro : le résultat est irréprochable pour toutes ces équipes (même celles qui n’adhèrent pas au MPCC, c’est dire !).

 

Euh… attendez… Toutes sauf… une seule qui a révélé des anomalies sérieuses dans son "passeport numérique". Un cas unique, forcément, ça se remarque…

 

 

 

Non ?!!! bah si…. C’est encore ASTANA qui s’y colle ! Les deux-tiers de ses fans sont des épouvantails, des leurres, du vent quoi ! Nul doute que la nouvelle fera sourciller Brian Cookson (d’autant qu’il a le sourcil abondant, Mister President…), dans cette période où tout semble vouloir accabler l’équipe du vainqueur du Tour.

 

580 000 fans du Tour de France sont bidons

 

Nous avions bien-sûr auparavant vérifié la bonne tenue des comptes twitter de l’UCI et de ses membres qui y sont présents, ceux de quelques fédérations nationales, au hasard. A vrai dire, on était sur le point de renoncer à cette pêche indigente quand nous tombâmes sur les comptes du Giro d’Italia et du Tour de France : 280 000 pour les transalpins, 760 000 pour la Grande Boucle. Autant vous prévenir, à ce niveau d’audience, le fashion stagiaire à intérêt à se relire, d’autant que Christian Prudhomme est considéré comme un ayatollah de l’orthographe (en plus de ses griefs récurrents contre les webmasters à la gâchette fragile – si vous voyez à quoi on fait allusion…)

 

Bref, on va donner à cet éternel nostalgique encore matière à s’interroger sur le sérieux de notre époque moderne en lui apprenant que le compte principal du Tour de France est au trois-quarts suivi par des followers bidons ou inactifs ! Le Giro ne se classe pas beaucoup mieux dans l’éthique du tweet. Seule la Vuelta (dont le compte est plus récent) est irréprochable.

 

   

 

Si les parangons de vertu n’en sont plus, alors que dire de ceux que l’opinion cycliste voue aux gémonies. On vous voit venir : non, Lance Armstrong n’aura pas besoin de formuler des aveux pénibles. A moins qu’il soit également capable de déjouer ce type de contrôle2 (va savoir !). En revanche, son mentor Johan Bruyneel se couvre de ridicule une fois de plus. Après tout, vu sa situation, on comprend qu’il en soit réduit à acheter des amis qui n’existent pas.

 

 

Enfin, comme il ne se passe pas une journée sans que la chronique ne commente les dernières inepties d’Oleg Tinkov, le patron de Tinkoff-Saxo et d’Alberto Contador, on a voulu s’offrir un dernier plaisir. Nous ricanions doucement en glissant l’identité de ce « clown qui fait peur » dans notre dérisoire détecteur de mensonge.

 

 

  

On peut en sourire. On peut aussi s’interroger avec ce type de pratique sur les motivations d’un personnage et ses moyens pour faire aboutir un projet aussi radical que le sien dans une période si délicate, pour les acteurs du cyclisme, où il est important de pouvoir compter ses soutiens dans l’approche de la réforme prévue pour 2017.


Tinkov se rêve influent pour l'avenir de son sport comme la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf3. D’ailleurs, l’expérience nous a maintes fois démontré dans ce sport que, plus c’est gros, mieux ça passe. S’offrir des « amis » qui n’existent pas pour donner une apparence de réalité à un lobbying dans le but de vendre du rêve auxquels seuls croiront les gogos de service (bien vivants ceux-là) ? Le vélo serait bien inspiré de faire l’économie de ces chimères qui n’empoisonnent pas seulement, hélas, nos réseaux sociaux.

 

Au moins, un simple regard pointé sur cette supercherie grotesque ne vous aura rien coûté. A nous non plus d’ailleurs.

 

Patrick Chassé

 

 

-----------------

1 VELOBS est bien placé pour vous le dire, puisque nous éditons leurs sites respectifs !
2 A contrario, @livestrong compte deux tiers de followers fake ou inactifs
3 Jean de La Fontaine, Fables, Livre 1, fable 3